J’me suis dit l’Aventure c’est pas fait pour les couillon(ne)s

IMAG1575.jpg
Ready to Go !

Phase 1 : La Route

Comme on dit, tout voyage de milles pas commence par un pas. Les 14 et 15 octobre dernier, c’était la finale du Power25 à Alès. Le Power25 c’est le championnat des 125cc, réparties en catégories en fonction de la puissance : catégorie 1 pour les -15cv et catégorie 2 pour les -25cv. La Poirsouille Endurance Team y courait, dans la catégorie 1, le Petit Pois ayant une puissance de très exactement 12.5cv. Le pôle mécanique d’Alès est à grosso modo 300km de chez moi. Plus ou moins en fonction de la route qu’on choisit. Je m’étais dit que voir les Poireaux sur piste ce serait quand même génial. Depuis que je suivais leurs aventures sur les réseaux (la tête de livre et le piaf bleu), il fallait bien que ça arrive. Et puis, apparemment, eux aussi avaient bien envie de me voir débarquer.

Le fait de partir les voir en moto était juste un défi de plus pour moi. Surtout, de partir seule. Parce que j’ai déjà traversé la France, en Twingo II, avec une amie pour des vacances en Normandie. Des petits voyages en moto ou des longs trajets du moins, j’en avais fait aussi. Mais avec ma 125. Et toujours accompagnée – soit par mon père, soit les sorties en groupe pour le Téléthon. Le truc, ce n’est pas tant de partir seule qui me dérangeait – en fait, je crois que ça dérangeait plus ma mère que moi. Le hic, c’était moi VS un imprévu. Parce que j’ai beau savoir quoi faire, dans le stress de la situation anormale, il m’arrive de perdre un peu le sens de la logique. Je ne suis pas vraiment une control freak, mais quand même.  Mon cerveau a parfois des réactions étranges face à une situation qui ne suit pas le plan établi.

Alors, ce voyage, c’était aussi le moyen de me prouver que j’étais capable de sortir de ma zone de confort, de risquer l’anomalie routière. D’après le chef Poireau, ça me ferait du bien aussi de rouler. Ce serait mentir que de dire qu’il n’avait pas raison. Tout a commencé le vendredi. Départ prévu aux alentours de 14h (heure locale). Pour une arrivée estimée à 18h. Dans mon sac à dos, les fringues pour le week-end. Dans le top-case, deux gâteaux, le pantalon de pluie, les gants doublés, la doublure du blouson. Support pour téléphone / GPS fraichement installé sur la moto, il n’y a que le plein d’essence à faire et à moi la route.

Quitte à oser, je me suis dit, je connais la route jusqu’à Carcassonne / Narbonne, Béziers étant pas très loin de Narbonne, je peux le jouer sans GPS. Erreur classique. Qui fait la maline, aurait mieux fait de suivre sa routine. Le fait est que j’ai suivis les panneaux… jusqu’à ce que je n’aperçoive plus aucun panneau indiquant « Béziers » – et pour les mauvaises langues, non je n’y étais pas déjà. Du coup, je « perds du temps ». J’arrive enfin à trouver un coin tranquille pour passer mon téléphone en mode GPS, j’en profite pour envoyer un petit message pour prévenir de mon possible et plus que probable retard. Evidemment, une boulette n’arrivant jamais seule, j’ai spammé un inconnu en pensant que c’était à Xavier que j’envoyais les messages. Là, je ne sais plus quoi penser de la fonction « enregistrer dans mes contacts » de mon téléphone.

giphy
Moi face à mon téléphone en ce moment.

 

GPS en route, je me rends compte que je suis à peine à moitié chemin. Pas de panique, je décide de suivre la route indiquée. Histoire d’éviter une nouvelle catastrophe. Arrivée un peu avant Alès, à 19h, un numéro inconnu s’affiche en appel entrant. Accessoirement, je perds le GPS dans l’histoire. Finalement, une heure et demie après l’heure prévue, j’arrive à la location. Je découvre donc la fine équipe : Xavier et Sébastien, maîtres Poireaux, Rodolphe, maître Coq, Romain, Poireau nouveau, Michel, Manager de Poireaux, Marine, nouvelle panneauteuse, Jérôme, le mécano nous rejoindra le samedi. Tout ce petit monde me chambre un peu sur mon retard. Ce qui n’est pas volé. Le ton est vite donné, j’ai l’impression d’arriver chez des cousins que je n’aurais pas vus depuis un moment. Tout le monde se taquine, discute… Bref, on pourrait appeler ça l’insouciance pré-course.

IMAG1576.jpg
Une Carotte et un Petit Pois, pour les amateurs de légumes.

Phase 2 : La Piste.

Le samedi, les choses sérieuses commencent. J’obtiens le Pass magique pour avoir accès au bord de piste, essentiel, puisque ma mission sera de panneauter. En plus de faire un live-tweet de tout le week-end. Déjà, à l’arrivée, je suis plutôt espantée par le nombre d’équipes présentes. Mais surtout… il y a des gamins partout. Mais pas genre « j’viens voir papa faire de la moto ». Non. Genre, « c’est moi qui roule ». Et aussi… Pas mal de filles, fillettes, femmes. Une agréable surprise. D’autant plus que – c’est vraiment visible chez les plus jeunes – elles en veulent autant que les gars.

Je découvre donc le monde la course motocycliste, de l’intérieur. Je savais que ça me plairait – puisque j’apprécie à peu près tout ce qui a deux roues et un moteur qui fait vroum. Mais je ne pensais pas que ça me plairait autant. Que je me laisserai prendre au jeu si rapidement.

tumblr_oinle76szj1tgrgkeo1_500

Sur une course d’endurance, il n’y a pas que les pilotes qui sont en mode endurance. Du côté de l’affichage aussi, ça épuise. On guette nos pilotes. Le meilleur moment pour afficher les temps et / ou instructions complémentaires. Bon, d’accord, c’est probablement la partie facile. Même si repérer un Petit Pois au milieu d’une quarantaine de bécanes n’est pas toujours chose aisée. Et à chaque fois qu’on voit un drapeau jaune s’agiter, on a un petit coup de flippe le temps de retrouver nos Poireaux favoris.

Les essais et qualifications nous permettent de nous organiser, de commencer à échafauder une stratégie pour la course qui prendra place le dimanche.

C’était assez fascinant d’être là, d’observer, d’écouter tout ce qui se disait. Je ne referais pas un compte rendu complet de la course et de tout ce qui s’en est suivi ici. Je l’ai déjà fait là, chez les Poireaux eux-même. La course a été intense dans le genre. Je me suis laissé emporter par le tout. De croire à l’impossible jusqu’à la fin. Pas de podium pour nous, mais nous avons quand même la fierté de finir la course. Oui, il ne m’aura fallu que deux jours pour vraiment me sentir faire partie de cette équipe.

Phase 3 : le Retour

Et puis, il a fallu rentrer. Retourner à la vie normale. Et c’est le plus compliqué. Parce que le cerveau, lui est resté perdu sur la piste, ivre du bruit des moteurs et de l’odeur des gaz d’échappement. Rentrer se caser derrière un bureau, retrouver les lignes de code. Les bouchons. La routine.

Ce que je retiens avant tout de ce week-end, c’est que ça fait du bien de rouler. Même si on se perd un peu – surtout en se perdant un peu ? – c’est génial de rouler. De profiter du silence. Entendre seulement le sifflement du vent, les véhicules… être seule dans son casque. Mais aussi que je suis capable de sortir de ma p’tite routine tranquille. De toute façon, l’imprévisible ne peut, par sa nature, pas être prévenu. Mais le tout c’est de réfléchir calmement.

Autre constat : la piste, c’est prenant. Même si on ne pilote pas. J’ai déjà envie d’y retourner, d’aider et d’encourager les Poireaux  encore une fois. Peut-être qu’un jour j’essayerais à mon tour la piste.  Ce serait un autre moyen de sortir de ma zone de confort, de me dépasser. Mais je ne suis pas sûre d’avoir suffisamment confiance en moi pour essayer. Comme quoi, j’ai encore une (belle) marge de manœuvre. En attendant, me contenter d’observer et d’aider à hauteur de mes talents me suffit amplement.

need-it

Enfin, pour finir, une citation qui me parait totalement adéquate pour résumer ce week-end :

« On roulait comme on respirait : pour pas mourir. » Nous rêvions juste de liberté, Henri Loevenbruck

Conclusion : mangez 5 fruits et légumes par jour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :