Collision universelle… quand on est Motarde et Geek : le LeekPanalProject

Il y a un adage qui dit qu’il faut toujours faire confiance à quelqu’un de fainéant pour trouver une solution.

.

poirsouille_all.gif
Quand on s’amuse un peu…. Bienvenue chez les Geeks.

La première fois où je suis allée panneauter pour la Poirsouille Endurance Team, je n’ai pas pu m’empêcher de me demander si on pouvait donner les indications autrement. Accrocher des feuillets sur une planche, en fonction de la météo, peut s’avérer assez rocambolesque (pluie, vent… ). Sans parler des pilotes qui se font un malin plaisir de ne pas voir les panneaux… (je ne vise absolument personne) alors je me suis dit, comment pourrait-on pallier à ce problème ?

Bon la réflexion n’a quand même pas duré des siècles, probablement le temps de finir ma bière ce soir-là, entre deux phrases de la conversation sur la course. L’idée s’est imposée d’elle-même. En école d’informatique, on a eu un module sur le codage de cartes programmable donc… autant mettre les vestiges de ces cours en pratique. Avec un petit goût de revanche aussi parce que ça a été le seul module en 5 ans que j’ai dû repasser pour le valider.

source
Ma tête en réfléchissant au LeekPanalProject

Honnêtement, je ne dois pas être la première personne à avoir pensé à ça. Effectivement, on trouve de tout sur internet, de quoi faire ce genre de petit objet – pas si petit que ça au final quand on prend en compte le fait qu’il faut qu’il soit visible par des motards en train de rouler. Ben oui, sinon ça perd tout son sens ! Donc, l’idée était simple, même si elle a fini par évoluer.

Au départ, je pensais me servir d’un Arduino et d’un écran LCD, seulement, après réflexion, il est apparu que ce serait compliqué en fonction de la luminosité. Eh oui, imaginez votre écran de GameBoy en plein soleil pendant un voyage en voiture / bus et la galère que c’était ! Le LCD classique, c’est grosso modo le même effet. Donc, il n’y avait qu’une seule autre solution : la matrice de LED. Des petites ampoules rouges sur fond noir. Il ne restait plus qu’à s’en procurer et tester.

Une chose une autre, l’idée était restée dans un coin de ma tête, mais sans plus, jusqu’à ce qu’un Poireau vienne rappeler l’idée à mon bon souvenir. Et surtout pour les 23h60, à l’époque, on ne savait pas encore que la Poirsouille Endurance Team ne serait pas retenue. J’avais donc un peu commencé, mais plutôt en dilettante (lettante !)  et puis quand on a reçu la bonne nouvelle, tout s’est accéléré. J’ai ressorti l’arduino de sa boite et commandé une barrette de quatre matrices MAX7219, puis j’ai commencé à faire mes tests. J’ai écumé un peu le web pour trouver des tutoriels qui me faciliterait la tâche.

Au final, le LeekPanalProject c’est :

  • Un Arduino Uno (mais ça aurait pu être un raspberry Pi) associé à un module Bluetooth et une matrice 64*32 (soit 8*4 MAX7219), le tout fonctionnant sur une batterie
  • Une application Android pour envoyer les instructions (et donc éviter de devoir garder le PC et recompiler l’action à chaque fois).

Pour les tutos qui m’ont servi, ils sont essentiellement sur Retro et Geek et ont le mérite d’être clairs et facile à réutiliser. La seule démo à tellement plu que j’ai refait un affichage rapidement pour C’est qui en Pole? (d’ailleurs, n’hésitez pas à aller faire un tour sur leur site, ne serait-ce que par curiosité !)

cqep_pod
S’amuser et rendre service !

 

Pour certains, ça peut paraître presque magique. Pour moi, connaissant les deux points de vue, je ne trouve pas ça extraordinaire, sauf que mon avis est quand même un peu biaisé dans le sens où je sais comment sa fonctionne et comment faire pour y parvenir. Bon, pour la deuxième partie, il m’arrive tout de même de m’arracher les cheveux sur des problèmes plus ou moins épineux, je ne suis pas Tony Stark après tout. Mais ce qui est extraordinaire, en revanche, c’est de réussir à faire une passerelle entre ce qui me fait vivre (mon travail d’ingénieure) et ce qui me fait rêver (la moto). Je trouve ça gratifiant de pouvoir mettre mon savoir-faire au service d’une équipe comme la Poirsouille Endurance Team ou même pour des « inconnus » comme CQEP_Pod. Non seulement, ça rend service mais en prime ça me permet de continuer à apprendre et à progresser.  Même si mon côté perfectionniste trouvera toujours le moyen de râler sur le fond et la forme.

D’ailleurs, ce projet est un vrai travail d’équipe ! C’est ce qui arrive quand au sein d’une même Team, on se retrouve avec des profils divers et variés comme des développeurs front-end ou fullstack et électronicien, mais aussi un mécano aviation qui ont choisi de mettre la main à la patte sur ce Projet. Cette diversité est une force qui nous permet d’aller plus loin, parce que chacun y va de son idée pour améliorer la vie de la Team, ce que soit pour ce projet ou pour la simple vie d’équipe les week-ends de course.

 

Bon, je vous laisse ici, ce panneau ne va pas se faire tout seul !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :